Chirurgie des fesses

 
 

Les fesses idéales sont hautes, galbées, fermes, harmonieuses avec le reste de la silhouette.

La forme et le volume des fesses peuvent s’éloigner de ces critères sous l’effet de l’âge ou de la prise de poids :

  • En vieillissant, la fesse diminue en largeur et le sillon sous-fessier s’allonge latéralement et inférieurement.
  • La prise de poids favorise l’affaissement de la fesse : la région fessière s’élargit et le sillon se raccourcit.
  • Un amaigrissement, associé au relâchement cutané lié à l’âge, favorise la ptôse ainsi que la perte de volume de la portion supéro-latérale des fesses.

La chirurgie esthétique permet de traiter ces problèmes : d’en diminuer le volume lorsqu’elles sont trop volumineuses ou d’en remodeler la forme lorsqu’elles sont tombantes. Elle permet également d’en augmenter le volume lorsqu’elles sont trop plates ou petites.

Rappel anatomique

Les fesses comprennent des muscles, les fessiers, ainsi qu'une certaine quantité de graisse.

D'une manière universelle et générale, les femmes ont des fesses beaucoup plus rondes, plus grasses et plus saillantes que les hommes. Certaines ethnies ont des fesses particulièrement proéminentes.

Le groupe musculaire des fessiers est composé de 3 muscles distincts, placés les uns au dessus des autres :

  • Le grand fessier est le muscle le plus gros et puissant de l’organisme et le plus superficiel des muscles fessiers. Il constitue l’essentiel de la région fessière. C’est lui (quand il est assez tonifié) qui donne l’aspect bombé aux fesses. Son action permet l’extension de la hanche.
  • Le moyen fessier est un muscle épais et court en forme d’éventail. Il est situé sur le côté du bassin : il donne le contour rond de la hanche. Tonique, ce muscle souligne le haut des fesses et participe au galbe fessier. Son action permet l’abduction (élévation latérale) et la rotation de la hanche.
  • Et enfin le petit fessier, qui est le plus petit et le plus profond des muscles fessiers. Il a la même action que le moyen fessier.

Qu’est-ce la chirurgie des fesses ?

La chirurgie esthétique des fesses comporte 3 volets :

  • Chirurgie esthétique de diminution des fesses : la liposuccion des fesses.
  • Chirurgie esthétique des fesses trop plates : le lipofilling fessier.
  • La prothèse fessière.

Chirurgie esthétique des fesses tombantes :
le lifting fessier ou gluteoplastie

Indications pour la chirurgie des fesses

Que ce soit chez les femmes ou chez les hommes, beaucoup trouvent leurs fesses sous-développées, trop plates ou tombantes et désirent avoir des fesses plus pleines, plus bombées ou plus arrondies.

Dans le cas de surpoids, les fesses sont trop volumineuses et le désir est de les réduire de volume.

La consultation

La consultation permet d’écouter le désir du patient et d’évaluer les différents éléments qui caractérisent les fesses. Il existe quatre éléments utiles pour classer les différents types de fesses :

  • Le volume global de la fesse
  • L’importance du relâchement cutané (degré de ptôse)
  • La projection antéro-postérieure qui caractérise le bombé et la projection de la fesse de profil
  • La projection latéro-latérale ou la largeur de la fesse

En fonction du type de morphologie de chaque patient, il est possible de choisir les techniques thérapeutiques plus appropriées pour corriger les problèmes spécifiques.

Comment vous préparer ? Préparation globale

La nutrition et la musculation sont fondamentales pour avoir des belles fesses, avec un aspect dense, une peau lisse et un rapport muscle/graisse idéale. Une stratégie individualisée vous sera proposée pour accompagner l’intervention et maintenir dans le temps le résultat.

Le bilan préopératoire

Deux consultations préopératoires sont nécessaires. L’examen clinique complet note tous les antécédents médicaux et chirurgicaux, les tares, les allergies, les prises médicamenteuses. On cherchera le degré d'intolérance aux corps étrangers, on déterminera clairement tous les bénéfices, les avantages et inconvénients de l'intervention, les désirs et attentes du patient.

  • Si la patiente prend des contraceptifs oraux ou un traitement hormonal substitutif il est toujours préférable d’arrêter un mois avant l’intervention.
  • Il faut vérifier l’absence de prise de médicament contenant de l’aspirine ou d’autres substances pouvant entraîner un saignement per et post opératoire accru.
  • Il est préférable d’arrêter le tabac au moins 3-4 semaines avant et pendant les 2 mois suivant l’intervention.
  • Le bilan biologique préopératoire est systématique, et notamment les tests de coagulation, la numération formule sanguine, la ferritine, les bilans lipidique et glycémique.
  • La consultation de cardiologie avec électrocardiogramme, et si utile, échographie cardiaque, ainsi que la radiographie pulmonaire sont nécessaires.
  • La consultation d’anesthésie est obligatoire et précède d’au moins 48h l’intervention.
  • L’anxiété est habituelle avant toute intervention, la prescription d’un anxiolytique homéopathique ou phyto, pendant 5 jours avant l’intervention est parfois nécessaire.
  • Des produits homéopathiques sont très utiles pour diminuer les ecchymoses et la douleur postopératoire et pour améliorer la qualité de la cicatrisation.
  • Dans certains cas, l’intervention peut être l’occasion de faire des bilans aptes à dépister des carences ou des excès au niveau biochimique (voire bilan de biologie fonctionnelle) qui pourraient faire augmenter les risques opératoires et entraver le déroulement normal de la cicatrisation.

La veille de l’intervention

  • Douche ou bain.
  • Shampoing.
  • Aucune bague ni bijou.
  • Pas de vernis sur les ongles.
  • Désinfection à la Bétadine des régions qui seront opérées.
  • Ne rien boire, ne rien manger après minuit. Un patient qui n’est pas parfaitement à jeun ne peut être opéré le lendemain matin

Comment se déroule l’intervention ?

Les techniques opératoires :

  1. Lipoaspiration
  2. Lipofilling
  3. Prothèses fessières
  4. Lifting des fesses
  5. Lifting des fesses associé a à desepidermisation d’un lambeau pour regalbage des fesses
  6. Techniques combinées

1. Lipoaspiration des fesses

Le principe de la liposuccion ou lipoaspiration est d’introduire, à partir de petites incisons, des canules mousses à bout arrondis et perforées de plusieurs orifices, reliées à un appareil aspirant. La dépression négative ainsi crée décolle et aspire les cellules graisseuses. La liposuccion des fesses, peut être indiquée chez les femmes pour redessiner un fessier trop développé ou tombant et en marquer son rebondi.
Chez les hommes, la liposuccion des fesses, a pour but, dans le cas contraire des femmes, de rendre le fessier plus plat (renvoi au chapitre Lipoaspiration).

2. Lipofilling des fesses

C’est une technique intéressante quand l’augmentation souhaitée de volume des fesses n’est pas trop importante et qu’une bonne lipoaspiration du reste du corps est indiquée.

Le lipofilling des fesses consiste à prélever la propre graisse du patient sur une autre partie du corps et de la réinjecter, après en avoir sélectionné les meilleures cellules graisseuses par centrifugation, au niveau de la région fessière afin de lui redonner du volume.

La graisse est ainsi réinjectée à la demande et en quantité suffisante (minimum 300 ml par côté) pour modeler la fesse dans toutes ses projections.

Une sur-correction doit être recherchée pour prévenir la perte graisseuse de la greffe (la fonte ou perte graisseuse de la greffe est normale dans un ratio de 30 % maximum). Si les précautions postopératoires sont bien respectées, la prise de greffe est très satisfaisante ; il n’est toutefois pas possible d’affirmer que le volume de graisse transféré prendra en totalité.

La technique d’augmentation du volume des fesses par lipofilling a un double avantage :

  • Elle permet de faire une liposuccion sur des zones du corps présentant une surcharge graisseuse localisée.
  • Elle permet d’apporter du volume aux endroits désirés : augmentation du volume des fesses.

Après une augmentation du volume des fesses par réinjection de graisse, il est conseillé de dormir sur le ventre ou sur le coté durant 15 jours pour ne pas gêner la prise de greffe.

Les résultats de l’intervention s’apprécient très rapidement. Les fesses sont galbées, harmonieuses et très naturelles, tant visuellement qu’au touché. (Renvoi au chapitre lipofilling)

Une alternative au lipofilling est l’injection de gel résorbable d’acide hyaluronique qui permet de faire une augmentation graduelle; cette méthode reste onéreuse.

3. Prothèses fessières

Indiquée en cas d’hypotrophie des muscles fessiers avec effet de fesses plates ou tombantes, soit congénitale, soit acquise (comme par exemple en cas de trithérapies lors d’une infection par le VIH).

L’intervention se déroule de la manière suivante :

  • prise de repères et dessin préalable pour le bon positionnement de la prothèse
  • minime incision cutanée dans la région coccygienne, entre les fesses
  • repérage du muscle grand fessier qui est incisé superficiellement pour le dédoubler et pratiquer une loge dans l’épaisseur du muscle
  • introduction de la prothèse dans cette loge
  • drainage aspiratif, fermeture de l’incision cutanée, pansement modelant et compressif.

L’hospitalisation varie entre 24 heures et 2-3 jours selon les cas. Un repos de 7-10 jours est nécessaire car les suites sont un peu douloureuses et occasionnent une gêne locale pendant plusieurs jours.

Les complications sont heureusement rares :

  • L’infection doit être prévenue par une hygiène draconienne.
  • La survenue précoce d’un hématome, peut nécessiter une reprise chirurgicale immédiate pour drainage.
  • Persistance de douleurs importantes rendant le quotidien difficile.
  • Mauvaise tolérance, avec syndrome inflammatoire imposant un retrait des prothèses.

4. Lifting des fesses ou gluteoplastie

Il est indiqué lorsqu’il existe une chute importante de la fesse.

Selon l’aspect de la fesse, on peut lifter la partie inférieure des fesses ou lifter les fesses en totalité :

Le lifting fessier inférieur ou sous-fessier.

Il consiste à retirer un croissant de peau sous la fesse, à cheval sur le pli naturel préexistant. Un nouveau sillon sous-fessier est créé ensuite, en amarrant en profondeur cette zone.

 

 

Le body lift postérieur, ou lifting supérieur de la fesse ou dorsoplastie
 

Il consiste en une résection cutanée en V au niveau de la taille, permet de corriger une chute globale de la fesse, notamment après amaigrissement majeur. La cicatrice postérieure est souvent élargie. Elle peut être cachée dans les sous-vêtements ou camouflée par un tatouage.
Il est techniquement possible d’augmenter en même temps le volume des fesses par pose d’implants fessiers.

 

5. Lifting des fesses associé à desepidermisation d’un lambeau pour regalbage des fesses
    ou dorsoplastie avec « auto-prothèse » de fesses.

Si le patient ne souhaite pas recourir à une prothèse, cette technique permet de créer un fessier en utilisant une « prothèse » fabriquée à l’aide de ses propres tissus du dos. Deux lambeaux de graisses sont sculptés pour redonner un aspect bombé dans la région supérieure des fessiers. Ce type de technique est indiquée pour certains patients et notamment pour ceux qui ont subit une perte de poids importante, une chirurgie bariatrique (en cas d’obésité sévère) ou un relâchement des tissus dû à l’âge.

Les cicatrices en forme de « V » se trouveront au niveau de la région supérieure des fesses partant de la ligne médiane vers les côtés.

Il permet d’utiliser les tissus du patient pour apporter du volume et redessiner la fesse.

Postopératoire

Dans les jours suivants, des ecchymoses peuvent se former. Des œdèmes sont possibles et sont résorbés en quelques semaines.

Des gênes, assimilées à des tensions au niveau des fesses, peuvent être ressenties pendant quelques semaines voire quelques mois. En particulier, il sera difficile de se mettre assis pendant les premières semaines suivant l'opération. Les tiraillements sont les signes que la peau s'adapte aux nouveaux contours de fesses.

Des précautions seront cependant à suivre pour une totale réussite de votre opération.

  • Il ne vaut mieux pas s'asseoir pendant une semaine.
  • Il est préférable de privilégier la position sur le ventre pour dormir.
  • Il vous faudra porter des sous-vêtements de contention pour bien modeler vos prothèses.

La pratique de la marche est fortement conseillée dès le lendemain de l'intervention.

Oubliez le sport pendant un délai minimum d'un mois.
Les grossesses sont déconseillées pendant la première année suivant l'intervention.

Les résultats définitifs seront appréciables au bout de trois mois, période de cicatrisation complète des plaies.

Il faudra porter un short de contention (bandage compressif) durant deux semaines. Après une semaine, on peut reprendre ses activités de la vie courante. Les points de sutures sont retirés au 12-21 jours suivant l’intervention.