FAQ - Lifting des bras

 
 

QUESTIONS FREQUENTES A PROPOS DU LIFTING DE BRAS

Combien de temps dure l’intervention ?

L'intervention dure  environ 1 heure 30

Quelle est la durée de l’hospitalisation ?

Une hospitalisation de 24h ou uniquement ambulatoire (1 journée) peut être nécessaire.

Quel type d’anesthésie ?

L'intervention nécessite une anesthésie générale de 2 heures et une hospitalisation de 1 jour.

Comment est la cicatrice du lifting des bras ?

L’incision, et donc la cicatrice, est située  le long de la face interne du bras. Exceptionnellement, elle peut être située dans le pli de l'aisselle ou avoir une branche verticale, au niveau de la face interne du bras et une dans l’aisselle (incision combinée).

Quels sont les résultats du lifting des bras ?

Le résultat est visible  immédiatement, mais le résultat définitif  est apprécié dans un délai de 6 à 12 mois après l'intervention. On observe, le plus souvent, une bonne correction de l'infiltration graisseuse et du relâchement de la peau, ce qui améliore nettement la morphologie du bras.

Le plus souvent, un lifting de la face interne des bras correctement indiqué et réalisé rend un réel service aux patients avec l’obtention d’un résultat satisfaisant et conforme à ce qui était attendu.

Cependant, des imperfections localisées peuvent exister : elles concernent notamment la cicatrice qui peut être un peu trop visible. Les cicatrices sont soumises aux aléas de toute cicatrisation avec le risque d’une évolution hypertrophique, qui nécessitera un traitement spécifique.
Les résultats de la lipoaspiration quant à eux peuvent être caractérisés par une insuffisance de correction, une légère asymétrie résiduelle ou des petites irrégularités de surface.
Ces imperfections de résultat sont en général accessibles à un traitement complémentaire : "petites retouches" chirurgicales réalisées sous anesthésie locale ou anesthésie locale et sédation, mais pas avant le sixième mois postopératoire.

Quels sont les risques du lifting des bras ?

Les complications du lifting des bras sont heureusement très rares :

  • Les complications générales, liées à tout acte chirurgical sont des risques liés à l'anesthésie générale, et à l’acte chirurgical. En ce qui concerne l’anesthésie, lors de la consultation, le médecin-anesthésiste informera lui-même le patient des risques anesthésiques. L’anesthésie peut induire dans l’organisme des réactions parfois imprévisibles, et plus ou moins faciles à maîtriser : le fait d’avoir recours à un Anesthésiste parfaitement compétent exerçant dans un contexte chirurgical fait que les risques encourus sont devenus statistiquement presque négligeables.
  • Les techniques, les produits anesthésiques et les méthodes de surveillance ont fait d’immenses progrès ces vingt dernières années, offrant une sécurité optimale, surtout quand l’intervention est réalisée en dehors de l’urgence et chez une personne en bonne santé.
  • Les complications liées à l’acte chirurgical sont les accidents thrombo-emboliques (phlébite, embolie pulmonaire) plus fréquents que dans les autres interventions de chirurgie esthétique. Des mesures préventives rigoureuses doivent en minimiser l’incidence: port de bas anti-thrombose, lever précoce.
  • La survenue d’un hématome, en fait assez rare, peut justifier une évacuation afin de ne pas risquer d’altérer secondairement la qualité esthétique du résultat.
  • Les infections sont exceptionnelles.

Les complications spécifiques au lifting des bras :

  • L'épanchement lymphatique, relativement fréquent, qui peut apparaître quelques semaines après l'intervention, et peut conduire à des ponctions répétées et/ou une réintervention pour drainage.
  • La nécrose cutanée est rarement observée : elle est en règle générale limitée et localisée. La prévention de ces nécroses repose sur une indication bien posée et sur la réalisation d’un geste technique adapté et prudent.

Des altérations de la sensibilité notamment la diminution de la sensibilité de la partie interne du bras peuvent être observée : la sensibilité normale réapparaît le plus souvent dans un délai de 3 à 6 mois au décours de l’intervention.