Lipofilling ou autogreffe de graisse ou lipostructure

 
 

Rappel anatomique

Le tissu graisseux est un tissu conjonctif formé de trois composantes:

  1. Des cellules séparées les unes des autres : les adipocytes
  2. Des fibres protéiques
  3. Une substance fondamentale (liquide ou solide) qui baigne l'ensemble

Qu’est-ce que le lipofilling ?

Le lipofilling est une opération consistant à prélever de la graisse sur le corps du patient et à la réinjecter sous forme de microgreffons afin d'augmenter ou de restaurer les volumes dans différents parties du corps.

La technique du lipofilling a beaucoup évolué grâce aux perfectionnements apportés par le
Dr COLEMAN.

  • Le prélèvement de la graisse s'effectue avec une canule adaptée, et à la seringue pour éviter le traumatisme des cellules graisseuses.
  • La graisse prélevée est centrifugée à 3000 tours/ minute pendant 3 minutes. Cela permet de séparer la graisse de bonne qualité à réinjecter de l'huile (par explosion des cellules graisseuses de mauvaise qualité) et du sang.
  • Après avoir repéré les zones à traiter, la graisse y est réintroduite dans les différents plans sous cutanés, grâce à de très fines canules.
  • La graisse transférée est fragile, environ 20% se résorbe. Il est donc nécessaire d'effectuer une légère hyper correction.

Le résultat définitif d'un lipofilling s'apprécie vers le 3ème mois. C'est à ce stade qu'une éventuelle retouche peut s'avérer nécessaire.

Les indications du lipofilling

Les indications d’ordre esthétique :

Au niveau du visage :

  • Comblement et atténuation de certaines rides du visage : sillons naso-géniens, rides du lion,
  • Restauration des volumes et des formes du visage en cas d’amaigrissement ou relâchement cutané du au vieillissement.
  • Complément associé à certains liftings cervico-faciaux pour améliorer l ’harmonie du visage.
  • Secondairement, après un premier lifting, pour améliorer l ’aspect de la face sans avoir recours à un nouveau lifting.

Au niveau du corps :

  • remodelage du corps, parfois associé à une liposuccion
  • restauration du volume dans la chirurgie intime de la femme et de l’homme
  • restauration du volume et galbe des fesses
  • lipofilling des seins

Les indications en chirurgie réparatrice et reconstructrice :

  • Correction d’irrégularités secondaires à une lipoaspiration mal conduite,
  • Comblement d’une dépression tissulaire à la suite d’un traumatisme,
  • Comblement d’une cicatrice déprimée
  • Correction des fontes graisseuses après trithérapie chez les patients HIV +.

Comment vous préparer ? Une approche globale

La graisse fait partie du tissu de régulation de base*, il est très utile de drainer ce tissu avant et après toute intervention. La peau également peut être préparée ainsi que l’organisme dans son ensemble pour mieux supporter les traumatismes (bien que minimes) de l’acte chirurgical et pour favoriser la prise des greffons. La micronutrition nous permet d’optimiser les conditions nutritionnelles des tissus et des organes, l’homotoxicologie nous permet de drainer efficacement les tissus et soutenir les fonctions cellulaires, pour obtenir les meilleurs résultats possibles.

*Le système de régulation de base se définit comme une unité fonctionnelle englobant le domaine circulatoire terminal, les cellules du tissu conjonctif et les terminaisons nerveuses végétatives distales. Le liquide extracellulaire est le champ d'action et d'information de ces trois éléments. Les vaisseaux et les organes lymphatiques y sont associés. II constitue la composante la plus importante et la plus étendue du corps.

II veille à la nutrition des cellules (circulation interne) et à l'élimination des déchets. II assure la régulation de l'organisation "milieu-cellule". Les phénomènes inflammatoires et de défense sont aussi localisés à son niveau. Ainsi sa compétence s'étend à toutes les fonctions vitales.

La consultation

La consultation permet d’étudier, dans tous les détails, les zones du corps problématiques et les corrections à apporter. Les photographies, outre leur aspect médico-légal, permettent d’étudier, en les comparant à des photos de jeunesse, le processus du vieillissement facial.

La préparation :

Le bilan préopératoire

Un bilan préopératoire est réalisé conformément aux prescriptions.
Le médecin-anesthésiste sera vu en consultation au plus tard 48 heures avant l’intervention. Le médecin anesthésiste informera le patient des risques anesthésiques. Il faut savoir que l’anesthésie induit dans l’organisme des réactions parfois imprévisibles, et plus ou moins faciles à maîtriser : le fait d’avoir recours à un anesthésiste compétent, fait que les risques encourus sont devenus statistiquement presque négligeables.
Les techniques et les produits anesthésiques ainsi que les méthodes de surveillance ont fait d’immenses progrès ces vingt dernières années, offrant une sécurité optimale, surtout quand l’intervention est réalisée en dehors de l’urgence et chez une personne en bonne santé.

Aucun médicament contenant de l’aspirine ne devra être pris dans les 10 jours précédant l’intervention.

La veille de l’intervention

  • Douche ou bain.
  • Shampoing.
  • Aucune bague ni bijou.
  • Pas de vernis sur les ongles.
  • Désinfection à la Bétadine des régions qui seront opérées
  • Ne rien boire, ne rien manger après minuit. Un patient qui n’est pas parfaitement à jeun ne peut être opéré le lendemain matin.

Type d'anesthésie :

La lipostructure est habituellement réalisée sous anesthésie locale potentialisée par une sédation par voie intraveineuse (neuroleptoanalgesie).

On peut aussi avoir recours à une anesthésie locale simple, voire à une anesthésie générale.

Le choix entre ces différentes techniques dépendra de l’importance des régions à traiter et de leur siège.

Modalités d’hospitalisation :

Cette chirurgie est pratiquement toujours réalisée en ambulatoire, l’entrée et la sortie se faisant le même jour.

La sortie intervient en règle générale trois à cinq heures après la fin de l’intervention.

Comment se déroule votre intervention chirurgicale ? La technique opératoire
 

L’intervention de lipofilling

  1. Traduction en anglais de haut en bas : Repérage précis des zones de prélèvement de la graisse, ainsi que des sites de réinjection.
  2. Prélèvement atraumatique du tissu graisseux par une micro-incision cachée dans les plis naturels, à l’aide d’une très fine canule d’aspiration.
  3. Centrifugation de quelques minutes, de manière à séparer les cellules graisseuses intactes, qui seront greffées, des éléments inutiles.
  4. Réinjection des greffons graisseux par des incisions de 1 mm à l’aide de micro-canules,
    dans différents plans et selon des directions multiples et divergentes, afin d’augmenter la surface de contact entre les cellules implantées et les tissus receveurs, ce qui assurera la survie des cellules adipeuses greffées.

Dans la mesure où il s’agit d’une véritable prise de greffes de cellules vivantes, et sous réserve que la technique soit bonne et la prise de greffe effective, les cellules ainsi greffées resteront vivantes au sein de l’organisme, de manière définitive.

La durée de l’intervention est fonction de la quantité de graisse à réinjecter et du nombre de localisations à traiter. Elle peut varier de 30 minutes à 2 heures selon les cas.

Votre suivi postopératoire et au-delà

  • Les douleurs sont en règle générale peu importantes.
  • Un œdème apparaît pendant 2-3 jours et mettra en général 5 à 15 jours pour être totalement résorbé.
  • Des ecchymoses (bleus) apparaissent dans les premières heures au niveau des zones de réinjection : elles se résorbent dans un délai de 2-3 semaines après l’intervention.
  • Il convient de ne pas exposer au soleil ou aux U.V. les régions opérées avant 4 semaines au moins, ce qui impliquerait le risque de pigmentation définitive.

Le résultat

Il est apprécié dans un délai de 3 à 6 mois après l’intervention.
Il est le plus souvent satisfaisant, chaque fois que l’indication et la technique ont été correctes : les dépressions sont en règle générale comblées et les volumes restaurés.
Dans la mesure où la greffe de cellules graisseuses a effectivement prise, ces cellules restent vivantes aussi longtemps que les tissus au sein desquels elles ont été greffées.
Cependant, le résultat se détériorera progressivement, du fait de la poursuite naturelle du vieillissement de ces mêmes tissus. Dans quelques cas, des imperfections localisées peuvent être observées: asymétrie légère irrégularités, hypo-correction localisée.
Ces imperfections de résultat sont accessibles à un traitement complémentaire : petite "retouche" de lipofilling sous simple anesthésie locale à partir du 6 e mois postopératoire.

 Les complications envisageables

Complications liées à l’anesthésie et complications de la chirurgie.

Les complications sont rares après un lipofilling bien conduit: une grande rigueur dans la pose de l’indication et la réalisation chirurgicale doit assurer, en pratique, une prévention efficace et réelle, notamment les canules mousses respectent la peau, les vaisseaux et les nerfs.

L’infection est normalement prévenue par la prescription d’un traitement antibiotique per et postopératoire.

Une hyper-correction, liée à la réinjection d’une quantité excessive de graisse.

Une hypocorrection, liée à une réabsorption excessive de graisse.

Travail et sport

Selon les localisations du lipofilling, un arrêt de travail est conseillé pendant quelques jours.

La reprise du sport dépend également des localisations spécifiques du lipofilling.

Prise en charge par la Sécurité Sociale

Une prise en charge est possible dans le cas d’applications en chirurgie réparatrice.