FAQ - Plastie abdominale

 
 

QUESTIONS FREQUENTES A PROPOS DE LA PLASTIE ABDOMINALE

Que peut-on traiter par la plastie abdominale ?

Une plastie abdominale est nécessaire lorsque les éléments constituant la paroi abdominale deviennent tellement distendus que la peau, les muscles et la graisse perdent leur tonicité et commencent à pendre. Lorsqu'il y a un diastasis, c'est à dire lorsque les muscles droits de l'abdomen sont relâchés et ont perdu leur position normale, la partie centrale de l'abdomen est dépourvue de parois musculaires, il n'y a donc plus de protection des viscères abdominaux.
Ce n'est pas une gêne d'ordre purement esthétique, cela peut compromettre la qualité de vie quotidienne. Des activités ordinaires comme soulever, porter, se lever d'une position assise ou allongée peuvent devenir difficile.
Le type de plastie abdominale la plus fréquente est la dermolipectomie, qui est pratiquée lorsqu'il existe un excès de peau et de tissus adipeux au niveau de la partie inférieure de l'abdomen, comme on l'observe souvent après une perte de poids ou après une grossesse. La dermolipectomie avec transposition ombilicale est indiquée quand l'excès de peau et de graisse est tellement important qu'il faut éliminer toute la peau de la région abdominale sous-ombilicale. La peau de la partie supérieure de l'abdomen, au-dessus de l'ombilic, saine, est drapée vers le bas, de manière à reconstituer une paroi abdominale avec une peau de bonne qualité. Dans ce cas, le nombril et son pédicule sont isolés et repositionnés au milieu du ventre grâce à une incision faite dans la peau abaissée.
Parfois la protubérance du ventre est la conséquence d'une dilatation intestinale et  de  l'accumulation de graisse autour de l'intestin, dans l'épiploon (repli du péritoine contenant de la graisse qui flotte librement au-devant de la masse intestinale qu'il recouvre comme un tablier) et dans les méso (replis du péritoine reliant les anses intestinales à la paroi postérieure de l'abdomen). Cette graisse est localisée au delà de la paroi abdominale et ne peut pas être traitée par liposuccion ou plastie abdominale.

Y-a-t-il des cicatrices ou des signes permanents après l'intervention ?

L'intervention est pratiquée à travers une incision horizontale dans la partie inférieure de l'abdomen, juste au-dessus des poils pubiens. La longueur de l'incision dépend de l'importance de la graisse et de la peau à retirer. Dans la plupart des cas la cicatrice est longue de 12-15 cm, elle est toujours dissimulée par les sous-vêtements. Dans certains cas, lorsqu'il existe déjà une cicatrice verticale ou lorsque la peau de la partie centrale de l'abdomen est de mauvaise qualité (trop fine ou pleine des vergetures) on peut faire une cicatrice verticale et horizontale. La cicatrice passe à travers différentes phases et évoluera pendant 6-12 mois. Les changements les plus importants se constatent durant les premiers mois. Les incongruités (inadéquation entre les berges, la berge supérieure étant plus large que la berge inférieure) entres les berges, apparaissent  comme des plis qui vont s'aplatir avec le temps. La coloration rougeâtre va également s'atténuer. Des indications de traitement local aideront à optimiser le résultat esthétique et l'assouplissement de la cicatrice. Celle-ci ne disparaîtra pas mais deviendra progressivement plus discrète. Comme dans toute chirurgie, le processus de cicatrisation varie selon les individus, la cicatrice peut être un peu trop visible, asymétrique, adhérente ou un peu trop haute. Ou elle peut devenir épaisse, élargie, hypertrophique ou chéloïdienne.
Toutes ces imperfections peuvent être corrigées après coup, généralement sous anesthésie locale, 12 mois après.

Quel est le type d'anesthésie ?

Une anesthésie générale est nécessaire

Combien de temps dure l'opération ?

Typiquement l'intervention dure 1-2 heures. Pour une mini-plastie abdominale (une petite quantité de peau et graisse est retirée) parfois 30 minutes sont suffisantes. Pour une dermolipectomie avec transposition ombilicale et repositionnement musculaire (cure de diastasis) davantage de temps est nécessaire (2 heures en moyenne). Les drainages (petit tube, placé dans la zone de décollement, et qui sort au travers d'une petite incision au niveau de la partie inférieure de l'abdomen) placés pendant l'intervention sont généralement enlevés le jour suivant ou lorsque l'écoulement est minime ou absent. Les fils, en cas d'utilisation de fils non résorbable sont enlevés après 7-15 jours.

Combien de temps faut-il rester à la clinique ?

Une hospitalisation de deux jours pour une mini plastie abdominale, trois à cinq jours pour une dermolipectomie avec cure de diastasis musculaire.

A quel résultat peut-on s'attendre ?

L'amélioration esthétique est remarquable comme le confort fonctionnel dû à la réfection de la paroi musculaire. L'aspect de l'abdomen change beaucoup, il n'y aura plus un ventre proéminent ou tombant et la taille sera réduite. La cicatrice devient en général très discrète avec le temps, mais ne disparaît pas, elle sera dans tous les cas cachée par la plupart des sous-vêtements.

Que faut-il faire après l'intervention ?

Les premiers jours on peut ressentir une gêne et une fatigue, le ventre peut être enflé, on peut avoir des difficultés à se mettre droit debout, mais il est conseillé de marcher, de bouger les jambes dans le lit le plus tôt possible pour réduire le risque de thrombose (formation de caillots de sang). Des bas ou collant de contention et un traitement anticoagulant (pour fluidifier le sang et empêcher la formation de caillots) sont prescrits pour réduire d'avantage ce risque.
On recommande d'alterner repos et exercice léger, comme la marche.
Une gaine est conseillée jour et nuit durant deux semaines, puis seulement le jour pour un certain nombre de semaines selon les cas.

Est-ce douloureux ?

Non mais cela peut être gênant et nécessiter le repos. Parfois des antalgiques comme le paracétamol sont nécessaires.

Quels sont les risques possibles et les complications ?

Souvent des régions de la peau abdominale restent engourdies après l'intervention, à cause du décollement de la peau qui interrompt les nerfs de la partie inférieure du ventre. Les nerfs des parties supérieures et latérales peuvent être tirés lors du drapage du lambeau cutané et provoquer un engourdissement temporaire. La récupération de la sensibilité normale peut prendre plusieurs mois.
Le drapage de la peau peut laisser des inadéquations tissulaires temporaires, qui normalement disparaissent après quelques mois, s'il en reste, on les corrige par liposuccion ou excision.
Le nombril peut être extériorisé imparfaitement. Lorsqu'une excessive traction est exercée au niveau de la suture, on peut observer une ascension de poils pubiens.
Comme pour toute chirurgie, il existe le risque de phlébite et d'embolie pulmonaire (des caillots de sang peuvent se former dans les veines des jambes et migrer aux poumons). Bien que rare et pour réduire ce risque, des mesures de prévention doivent être prises comme par exemple le dépistage des varices des membres inférieurs et des altérations de la coagulation. Dans ce cas on adopte des mesures préventives comme l'intervention pour varices avant l'abdominoplastie, une contention élastique des membres inférieurs, une levée précoce et un traitement anticoagulant postopératoire. L'hématome,  relativement fréquent, est dû à un vaste décollement de la peau et du tissu sous cutané et au traitement anticoagulant. L'hématome est évacué par ponction ou par drainage.La technique de capitonnage réduit beaucoup l’apparition d’hématome.  L'infection reste exceptionnelle, des défauts de cicatrisation sont toujours possibles. L'écoulement d'un liquide séreux pour un temps variable est rare, mais typique de cette chirurgie. Il s'arrête spontanément.

Est-il possible de faire une plastie abdominale en cas de surpoids ?

Il est toujours préférable de perdre et de stabiliser son poids avant l'intervention. La peau et les muscles seront redrapés sur la nouvelle forme et le résultat sera meilleur.

Est-il possible de faire une plastie abdominale avant les grossesses ?

Les femmes qui planifient des grossesses devraient attendre parce que les muscles remis en place pendant l'intervention, peuvent à nouveau se séparer et la peau  se détendre sous l’effet des hormones  de la gestation.