FAQ - Augmentation mammaire

 
 

QUESTIONS FREQUENTES A PROPOS DE L’AUGMENTATION MAMMAIRE

A qui s’adressent les prothèses mammaires ?

La plastie mammaire d'augmentation est une intervention qui permet d'augmenter le volume des seins par la mise en place d'une prothèse sous les seins, en cas :

  • d'hypoplasie (petits seins)
  • aplasie (manque de développement des seins).
  • asymétrie due à des seins de volume différent,
  • après mastectomie (ablation chirurgicale du sein) pour la reconstruction du sein
  • traumatisme du sein
  • difformités du sein ou de la paroi thoracique
  • remplacement d'une prothèse non satisfaisante.

Y a-t-il des cicatrices ou des changements permanents après l'intervention d’augmentation mammaire?

Selon le choix de la voie d'abord, la cicatrice est:

  • péri-aréolaire, comme un demi-cercle dans la moitié inférieure de l'aréole entre la peau pigmentée de l'aréole et la peau du sein, généralement très discrète.
  • au dessous du mamelon, dans un pli naturel en peau pigmentée, d'environs 1 cm de longueur. Elle sera pratiquement invisible, car dissimulée dans un pli naturel.

    Il n'y aura aucun changement au niveau de la sensibilité du mamelon (il peut y avoir un changement temporaire de la sensibilité, qui régresse spontanément en quelques jours ou en quelques semaines) et la capacité d'allaiter est conservée, car les galactophores (canaux qui amènent le lait de la glande au mamelon) ne sont pas traumatisés.

  • dans le sillon sous-mammaire, généralement très discrète, cachée s’il existe une légère ptose mammaire.
  • axillaire, généralement très discrète.

Quel est le type d'anesthésie?

Une anesthésie générale est nécessaire

Combien de temps dur l'opération?

Environs une heure. Les drainages axillaires sont enlevés le jour suivant. Les fils sont du type résorbable, ils ne nécessitent donc pas d'être retirés.

Combien de temps faut-il pour récupérer après l'opération et apprécier le résultat final?

On recommande une semaine de repos. Un soutien-gorge doit être porté jour et nuit pendant un mois. La patiente devra éviter de porter des poids ou de faire des mouvements brusques et vigoureux avec les bras pour deux mois. L'activité sportive peut être reprise un ou deux mois après, selon le type de sport. Les incisions cicatrisent en environs deux semaines, l'œdème (enflure) varie individuellement et peut prendre plusieurs mois pour disparaître, l'aspect final sera donc apparent après 2-3 mois.

 Une grossesse est possible entre le troisième et le douzième mois.

Combien de temps faut-il rester à la clinique?

La patiente nécessite une hospitalisation de deux jours à la Clinique pour l'ablation du drainage qui se fait le lendemain.

A quel résultat peut-on s'attendre?

Un aspect plus harmonieux de seins par rapport au reste du corps, une meilleure image de soi.

Est-ce douloureux?

Le premier jour, la douleur est ressentie à cause de la pression et de la tension qu'exerce la prothèse sur le muscle pectoral ou sur la glande et sur la peau qui est distendue. Cette douleur est facilement contrôlable par les antalgiques ordinaires.

Quels sont les risques possibles et les complications?

Les risques d'infection et d'hématome sont très faibles. L'infection, se manifestant avec gonflement, endurcissement, douleur et fièvre, doit être traitée par antibiotiques, si elle ne s'arrête pas, l'ablation de la prothèse est nécessaire. L'hématome est évité par une hémostase attentive (arrêt du saignement) et la pose d'un drainage, en cas d'un hématome important, se manifestant par une augmentation de volume du sein, un endurcissement et une perte de couleur des tissus, une deuxième intervention est nécessaire pour évacuer l'hématome et éviter l'extrusion de la prothèse. Le risque de formation d'une capsule péri-prothètique ou coque est moins important si la prothèse est placée sous le muscle. Sa formation dépend de la réaction de l'organisme contre un corps étranger: la prothèse. Le corps produit une fibrose autour du corps étranger pour l'isoler, le sein apparaît alors fixe, dur et parfois douloureux. La coque a un temps de formation variable, généralement de quelques mois à un an.

Le massage du sein et une légère mobilisation (mouvement de mobiliser manuellement le sein ou la prothèse) sont recommandés après l'intervention, pour réduire la fibrose.

Il est intéressant de savoir que le corps réagit toujours contre un corps étranger, par une capsule qui l'isole, lorsque cette réaction est excessive on parle de coque. Sa formation dépend probablement de différences subjectives et de la quantité de saignement pendant l'intervention.

Les techniques décrites permettent de contrôler parfaitement le saignement, réduisant ainsi le risque de coque.

Le dégonflement, en cas de prothèse gonflable, est rare, due le plus souvent à un défaut de la prothèse, traumatisme intra et postopératoire, sous-gonflement, stress ou manipulations excessives lors de l'activité quotidienne (exercice physique trop vigoureux, massage manuel ou relation sexuelle).

Un traumatisme thoracique est rarement responsable d'une rupture de la prothèse, car celle-ci est protégée par le muscle. Un déplacement, une torsion, une fracture ou une extrusion sont généralement dues à un défaut d'estimation de taille ou une mauvaise pose, par exemple quand la prothèse est trop petite et la loge trop large. Le risque d'extrusion augmente quand la prothèse est placée dans des régions traumatisées par irradiation, brûlures ou d'autres traumatismes.

La rotation de l’implant en cas de prothèse anatomique.

 Le gondolement est associé surtout aux prothèses texturées et à une position pré-pectorale chez des patientes minces avec une peau fine.

L'asymétrie peut être attribuée à un choix incorrect de taille, à la technique chirurgicale, à la formation d'une coque, au développement d'une dysplasie postopératoire, différence de développement des muscles pectoraux ou au dégonflement d'une prothèse.

Enfin il faut savoir que les seins avec prothèses peuvent se ptôser avec le temps, comme un sein normal.

Comment faut-il se préparer à l'intervention?

La consultation chirurgicale déterminera clairement tous les bénéfices, les avantages et désavantages de l'intervention, les désirs et attentes de la patiente, ses antécédents médicaux, on cherchera le degré d'intolérance aux corps étrangers, on effectuera le bilan préopératoire (y compris échographie et mammographie), la consultation d'anesthésie, on proposera une préparation micronutritionnelle, éventuellement une préparation en homéopathie et phytothérapie pour améliorer les conditions générales et locales.

  1. Etre sûr que c'est votre propre décision
  2. Obtenir des conditions optimales pour faire face à la chirurgie
  3. Faire le bilan médical préopératoire et la consultation chirurgicale
  4. Aspect pratique avant, durant and après l'opération
  5. Aspects légaux. Consentement. Avant l'intervention le patient doit lire et signer un consentement à l'intervention, qui contient tous les renseignements à propos de l'intervention: modalités, technique, type d'anesthésie, convalescence, risques et complications possibles. C'est un document légal indispensable, utile aussi pour éviter d'éventuelles incompréhensions .....

Y a-t-il des contre-indications à l'utilisation de prothèses?

L'utilisation des prothèses n'est pas recommandée chez des patients ayant une infection en cours, un système immunitaire défaillant, des antécédents de problèmes de cicatrisation, une insuffisance du système vasculaire, des antécédents d'allergie ou une intolérance aux corps étrangers, des antécédents d'essais répétés sans succès de poser des prothèses pour augmentation de volume ou pour reconstruction mammaire ; des problèmes localisés aux seins comme un abcès récent, mastite cystique douloureuse, nodules tumoraux , cancer du sein récidivant, présence de tissu endommagé par radiation sur la paroi thoracique, greffes de peaux thoraciques, résection radicale du muscle grand pectoral, instabilité psychologique comme par exemple une attitude ou une motivation insensée ou un manque de compréhension sur les risque opératoires spécifiques des prothèses.

Les prothèses peuvent-elles corriger la ptôse mammaire (seins tombants)?

Non, la mise en place de prothèses ne corrige pas la ptôse sauf en cas de ptôse minime, où l'augmentation de volume du sein fait moins apparaître la ptôse.

Quelles sont les différentes possibilités d’implantation de la prothèse mammaire ?

La voie d'abord peut être dans la région axillaire, dans le sillon sous-mammaire, autour de l'aréole et sous le mamelon. La prothèse peut être placée au dessous de la glande, au dessus du muscle pectoral ou derrière le muscle pectoral ou en dual plane (la partie supérieure sous le muscle, la partie inférieure sous la glande).

Existe-t-il d'autres procédures pour augmenter le volume des seins?

Le lipofilling des seins : la graisse est prélevée par liposuccion au niveau du ventre, hanches et fesses, et sur la face médiale des cuisses et des genoux. En suite la graisse est filtrée et injectée par des petites incisions de quelques millimètres seulement en sous-cutané et dans le muscle en-dessous du sein.

La graisse transplantée ne peut survivre qu’en tissue sain avec une circulation sanguine suffisante. Si le volume injecté est trop grand, un plus grand pourcentage de graisse est résorbé de suite. Dans une seule opération, il est rarement possible d’augmenter autant qu’avec des prothèses mammaires classiques.

L’augmentation des seins avec de la graisse autologue est une technique récente, qui ne s’est introduit qu’une dizaine d’année après l’utilisation de graisse pour restaurer le volume d’autres parties du corps, comme le visage et les fesses. Une femme sur neuf est confrontée au cancer du sein au cours de sa vie. Ainsi, la transplantation de graisse dans les seins a été introduite avec une certaine réserve car le tissu adipeux peut produire des hormones comme des œstrogènes.

Le système Brava® : il s’agit d’une expansion tissulaire externe, basée sur le principe que le corps humain est doté d’un mécanisme naturel de croissance, lorsque le tissu du corps est placé sous une tension soutenue, celui-ci se développe.

L’expanseur externe Brava augmente et remodèle le tissu mammaire par une succion constante et soutenue (15-30mmHg) sur les seins, ce qui force les cellules à se reproduire et à développer un nouveau tissu mammaire.

Pour obtenir un résultat il faut porter l’expanseur pendant 11 heures ou plus (généralement la nuit) et ce durant en moyenne pendant minimum 10 à 12 semaines.