Seins tubéreux

 
 

Les seins tubéreux correspondent à une malformation du sein, qui dans sa forme la plus sévère prend un aspect tubulaire, d’où le nom tubéreux, avec une base d'implantation sur le thorax très rétrécie. On en distingue 3 grades, dont le traitement varie. Dans tous les cas, cette déformation entraîne un retentissement psychologique non négligeable.

Qu'est ce que les seins tubéreux ?

Les seins tubéreux constituent une entité malformative rare affectant les jeunes femmes de façon uni ou bilatérale. L'incidence exacte n'est pas connue. Il s'agit d'un déficit des dimensions verticales et horizontales du sein, plusieurs critères cliniques définissant les seins tubéreux :

  • Anomalie de la base d'implantation du sein
  • Anomalie de la PAM (plaque aréolo-mamelonnaire )
  • Dans 50% des cas, protrusion aréolaire (aréole bombante et élargie)
  • Anomalie de volume mammaire (les seins sont souvent hypotrophiques)
  • Asymétrie mammaire dans 2/3 des cas

Quels sont les différents types de seins tubéreux ?

On distingue 3 stades de sein tubéreux, dont chacun dispose d'un traitement spécifique. Cette classification en 3 stades est basée sur l’anatomie du sein qui comporte 4 quadrants (supéro-externe, supérointerne, inféro-externe et inféro-interne.

Le grade I (56%) : Le segment inféro-interne est le seul déficient. L'aréole regarde en bas et en dedans. Dans cette forme le sein n'est pas toujours hypotrophique, mais il peut être de volume normal, voire hypertrophique.

Le grade II (26%) : Les deux segments inférieurs peuvent être déficients. Dans ce cas l'aréole regarde en bas.

Le grade III (18%) : Les segments supérieurs et inférieurs peuvent être déficients. Dans ce cas, la base mammaire est rétrécie dans les deux sens et le sein prend un aspect de tubercule.

Les causes de cette malformation sont inconnues. Il semble que des anomalies de la glande, ou de ses attaches à la peau et au muscle grand pectoral en profondeur gênent l'expansion de la glande durant la croissance, et ce, notamment dans la partie inférieure du sein, située sous l'aréole.

Les autres anomalies présentes dans les seins tubéreux, et qui doivent être corrigées par la chirurgie, sont :

  • un sillon sous-mammaire anormalement haut
  • une aréole trop large, en relief du fait d'une protrusion de la glande mammaire au-travers d'elle.

Que corrige la chirurgie des seins tubéreux ?

Le but de cette intervention est de redonner aux seins une forme harmonieuse, la plus ronde possible.

  • élargir la base d'implantation du sein pour avoir un aspect normal du sein
  • donner une forme naturelle arrondie au sein
  • abaisser le sillon sous-mammaire pour le mettre en bonne position
  • corriger la procidence de l'aréole et réduire sa taille

Les techniques de la chirurgie des seins tubéreux

Selon le grade, différentes techniques sont envisageables:

  • Grade 1 : Plastie mammaire avec cicatrice verticale ou en J ou en T renversé, équivalente à celles des plasties mammaires pour lifting des seins ou pour réduction
  • Grade 2 et 3 : Implants mammaires, associés à une plastie mammaire : la cicatrice est située autour de l'aréole. Elle est parfois associée à une courte cicatrice verticale
  • Dans tous les cas, des retouches sont possibles et fréquentes. Elles peuvent concerner l'aréole, ou le sein notamment lorsqu'existe un aspect en double contour de son pôle inférieur.

Le lipofilling peut être utile pour combler par de la graisse les zones non corrigeables par les techniques classiques.

Quels sont les résultats de la chirurgie des seins tubéreux ?

Le résultat est excellent pour les grades 1 et 2.

Le résultat est généralement bon pour les grades 3, malgré l'apparition possible d'un double sillon mammaire. Ce problème est du à une manque de souplesse de la peau qui a été décollée pour créer la loge de l’implant mammaire.

Cependant, quelque soit le stade, l’amélioration est remarquable, la forme des seins plus harmonieuse et naturelle.

Le résultat définitif du volume et de la forme des seins est apparent au 3e mois postopératoire. Plusieurs consultations de contrôle pour suivre la cicatrisation sont nécessaires jusqu’à 1 an après l’intervention.

Une prise en charge par la Sécurité Sociale est-elle possible ?

Oui, une prise en charge est partiellement assurée par la sécurité sociale, plus ou moins complétée par votre mutuelle en cas de : « agénésie mammaire bilatérale et l'hypoplasie bilatérale sévère avec taille de bonnet inférieure à A, ou pour syndrome malformatif (sein tubéreux et syndrome de Poland). »

Quel est le type d'anesthésie ?

L'anesthésie est classiquement une anesthésie générale

La préparation

Avant l'intervention :

Au moins 2 consultations espacées de minimum 15 jours sont obligatoires, au cours desquelles sont toujours réalisées des photographies médicales.

Une échographie est nécessaire.

  • Une mammographie préopératoire est systématique chez les femmes de plus de 35 ans ou ayant des facteurs de risque de cancer du sein.
  • Un soutien gorge de sport s'ouvrant par devant, sans armature, et des bas anti thrombose (prévention de la phlébite), sont prescrit.
  • Un arrêt de travail vous sera prescrit pour une durée de 7 à 21 jours.

Les consignes médicales systématiques les plus importantes sont les suivantes :

  • Arrêt strict du tabac 2 mois avant l'intervention, pour réduire le risque de nécrose cutanée.
  • Arrêt de la contraception orale 1 mois avant l'intervention, pour diminuer le risque thromboembolique.
  • Eviter les grossesses dans les 2 ans qui suivent l'intervention pour éviter de détériorer le résultat esthétique de l'intervention
  • Arrêt de la prise d'aspirine, d'anti-inflammatoires, ou d'anticoagulants oraux dans les 15 jours qui précédent l'intervention, pour réduire le risque hémorragique.

Quelles sont les suites opératoires habituelles ?

  • Un drainage aspiratif est mis en place pour réduire les risques d'hématome. Il est généralement conservé de 1 à 3 jours selon sa production.
  • Le pansement est retiré 24 à 48 heures après l'intervention. Un pansement léger sera réalisé et vous devrez porter le soutien-gorge sans armature nuit et jour pendant 2 mois.
  • L'hospitalisation dure entre 1 et 3 jours en moyenne.
  • Les fils sont résorbables, aucune ablation n'est à réaliser.
  • Pendant les premières semaines postopératoires il est fréquent de manifester:
    • ​un œdème (gonflement) d'importance variable, parfois asymétrique. Il s'estompe dans les premières semaines, et peut parfois persister un mois ou plus.
    • des ecchymoses ("bleus") souvent asymétriques qui disparaissent progressivement en 3 semaines.
    • une sensation de tension des seins qui s'estompe en quelques semaines.
    • Parfois des douleurs, qui sont bien soulagées par les traitements antalgiques ordinaires.
  • ​Une altération de la sensibilité des aréoles de durée variable, récupération en quelques mois.
  • La période d'arrêt de travail est d’une semaine en moyenne.
  • La période d'arrêt des activités sportives est de 2 mois environ.
  • Il est conseillé d’éviter les grossesses dans les 2 ans qui suivent l'intervention.
  • L'allaitement, il reste souvent possible après l'intervention.

Quels sont les risques de la chirurgie des seins tubéreux ?

Les complications sont heureusement très rares et sont celles qu’on peut rencontrer après réduction mammaire, lifting des seins et augmentation mammaire par prothèse.

COMPLICATIONS SPECIFIQUES DE LA CHIRURGIE DES SEINS TUBEREUX

Ces complications peuvent être corrigées secondairement :

  • aspect de double contour au pôle inférieur du sein (dans les grades 2, 3): cette insuffisance est due à la mémoire de la peau qui a été décollée pour recréer un sillon sous-mammaire plus bas. La peau ne se laisse pas distendre par l’implant ou par la plastie mammaire. Ce problème de double contour peut être corrigé soit par de nouvelles plasties glandulaires, soit par injection de graisse (lipofilling).
  • protrusion de l'aréole, toujours lié à la mémoire de la peau qui a tendance à reprendre son aspect précédent l’intervention.
  • aréoles encore trop larges : la distension des cicatrices péri-aréolaires est possible, entraînant un aspect élargi de toute l'aréole.