Préparation, suivi

 
 

COMMENT VOUS PRÉPARER ?

Le sein est une glande cutanée soumise aux variations de poids et aux cycles hormonaux. Il est important d’équilibrer l’organisme dans son ensemble en corrigeant les déséquilibres endocriniens et nutritionnels. Dans certains cas, l’intervention peut être l’occasion de faire des bilans aptes à dépister des carences ou de excès au niveau biochimique (voire bilan de biologie fonctionnelle) qui pourraient faire augmenter les risques opératoires et entraver le déroulement normal de la cicatrisation.

Une préparation micronutritionnelle permet de détecter et corriger les déséquilibres individuels au niveau de la consommation et de la métabolisation de micronutriments indispensables à une bonne cicatrisation. Il est également possible d’aider l’organisme à faire face au stress de l’intervention et de l’anesthésie.

Une préparation au niveau de la peau du sein, et parfois des exercices musculaires pour hypertrophier le muscle pectoral, sont recommandés d’une manière personnalisée.

LA CONSULTATION

La consultation permet de vous connaître et comprendre votre ressenti par rapport à vos seins et vos atteintes et désirs.

Elle permet aussi de vous interroger sur vos antécédents, vos habitudes et vos éventuels problèmes actuels, pour vous proposer une prise en charge globale.

  • L’examen de vos seins permettra d’évaluer :
  • L'aspect général de votre buste, épaisseur et qualité de votre peau et de la graisse sous la peau, visibilité de votre gril costal, déformation ou malformation thoracique éventuelle, largeur du thorax, largeur de vos épaules.
  • Le volume (ou taille), la densité, la fermeté et la souplesse de vos seins
  • La symétrie de vos seins. 80% des femmes présentent une asymétrie plus ou moins marquée de leur buste
  • La disposition et la forme de vos seins sur le thorax.
  • La largeur et la hauteur de chacun de vos seins, et leur écartement.
  • La forme, la symétrie, la largeur et la sensibilité de l'aréole et du mamelon.

Nous discutons de la stratégie chirurgicale adaptée à vos seins. Puis, nous essayons ensemble quelques volumes d'implants pour que je comprenne exactement la silhouette que vous désirez.

Enfin, je vous explique le déroulement de l'intervention chirurgicale, votre séjour à la clinique, les éléments de votre suivi postopératoire et de récupération.

LA PREPARATION :

LE BILAN PREOPERATOIRE

Deux consultations préopératoires sont nécessaires. L’examen clinique complet prend en compte tous les antécédents médicaux et chirurgicaux, les tares, les allergies, les prises médicamenteuses, on cherchera le degré d'intolérance aux corps étrangers, on déterminera clairement tous les bénéfices, les avantages et désavantages de l'intervention, les désirs et attentes de la patiente.

Si la patiente prend des contraceptifs oraux ou un traitement hormonal substitutif, il est toujours préférable d’arrêter un mois avant l’intervention.

Il faut vérifier l’absence de prise de médicaments contenant de l’aspirine ou d’autres substances pouvant entraîner un saignement per (pendant l’opération) et post opératoire accru.

Il est préférable d’arrêter le tabac au moins une semaine avant et pendant le mois suivant l’intervention.

Le bilan biologique pré opératoire est systématique, notamment les tests de coagulation, la numération formule sanguine, la ferritine, les bilans lipidique et glycémique.

Dans certains cas, l’intervention peut être l’occasion de faire des bilans aptes à dépister des carences ou de excès au niveau biochimique (voire bilan de biologie fonctionnelle) qui pourraient faire augmenter les risques opératoires et entraver le déroulement normal de la cicatrisation.

La consultation de cardiologie avec électrocardiogramme ainsi que la radiographie pulmonaire sont nécessaires.
La mammographie est un document médicolégal, elle est associée, au besoin, à une échographie mammaire.
La consultation d’anesthésie est obligatoire et précède l’intervention d’au moins 48h.


L’anxiété est habituelle avant toute intervention, la prescription d’un anxiolytique homéopathique ou phyto, durant les cinq jours avant l’intervention est parfois nécessaire.

Des produits homéopathiques sont très utiles pour diminuer les ecchymoses et la douleur postopératoire et pour améliorer la qualité de la cicatrisation.

 Des documents légaux doivent être lus et signés par chaque patiente : consentement éclairé, devis.

LA VEILLE DE L’INTERVENTION

Lavage complet du corps et shampooing. Douche froide

Désinfection des aisselles et du thorax à la Bétadine.

Ne rien boire, ne rien manger, ne pas fumer après minuit. Une patiente qui n’est pas parfaitement à jeun ne peut être opérée le lendemain matin.

Dans certains cas, prescription d’anticoagulants, type héparine de bas poids moléculaire, en sous cutané, à la posologie de 0,2 ou 0,3 ml suivant le poids de la patiente, pour éviter les phlébites et ses complications, rares dans ce type d’intervention, mais étant toujours possibles. Il faut en connaître les facteurs favorisants : obésité, âge, diabète, prise de contraceptifs oraux (qu’il est toujours préférable d’arrêter un mois avant l’intervention), intoxication tabagique, le risque devenant important à partir d’un paquet par jour pendant 20 ans, varices des membres inférieurs, antécédents de phlébites personnels et familiaux, troubles de la coagulation connus.

Dans de rares cas, des bas de contention anti-thrombose seront portés pendant 10 jours avant, pendant et après l’intervention, jusqu’à la sortie.

VOTRE SUIVI POSTOPÉRATOIRE ET AU DELÀ

A la clinique

  • Immédiatement après l'intervention, vous resterez en salle de réveil, sous surveillance, jusqu'au réveil. En suite vous rejoignez votre chambre ou, dans le cas d'intervention en externe, vous rentrez chez vous.
  • Il faut se reposer au lit le jour de l'opération, des instructions vous seront données individuellement à propos de la possibilité de se lever et de marcher, selon le type d'intervention.
  • Evitez les mouvements rapides, vous plier, vous étirer, porter, soulever.

Reprise des médicaments habituels, après avis médical du chirurgien ou de l’anesthésiste. Les anticoagulants, s’ils ont été prescrits, sont poursuivis jusqu’à la sortie.

La sortie a lieu quand les drainages aspiratifs produisent moins de 30 ml par 24 heures. C’est le drainage qui dicte le jour de la sortie.

Premier pansement généralement au 2ème jour après l’intervention.

L’ablation des drains est effectuée de manière indolore.

A la maison

  • Désinfection bétadinée et pansement tous les 2 jours pendant 8 jours. Port d’un soutien gorge ou d’une brassière compressive dès la sortie, pendant quatre semaines, nuit et jour.
  • Antalgique pendant les 7 jours qui suivent l’intervention.
  • Les fils généralement utilisés sont résorbables, donc pas d’ablation des fils.
  • Il faut éviter des mouvements brusques avec les bras. Il faut également éviter la foule.
  • L’activité est reprise doucement et prudemment, tout mouvement douloureux devant être immédiatement interrompu.
  • Pas d'alcool ni des médicaments contenant de l'aspirine pour au moins 10 jours.
  • Evitez de prendre des bains, des saunas ou des bains de vapeur pendant plusieurs semaines.
  • Reposez-vous beaucoup pour permettre à votre corps de dépenser l'énergie nécessaire à la guérison et la cicatrisation. Le repos est nécessaire pour une récupération optimale, évitez donc des activités excessives ou des milieux stressant.

Des instructions spécifiques seront données pour les soins des cicatrices, les activités possibles et un programme pour retirer les fils et les pansements.

Il faut éviter de porter des soutiens gorge avec armature pendant quelques mois.

Des consultations postopératoires sont organisées au besoin.