Approche holistique

 
 

La chirurgie esthétique holistique est une approche très moderne et avant-guardiste qui a pour vocation de traiter le patient dans sa globalité. Alors que la chirurgie traditionnelle se cantonne à la dimension physique ou mécanique de l’acte, l´approche holistique intègre la préparation à l’intervention personnalisée au niveau des organes, des tissus, de la personne dans son unicité pour optimiser son état de santé, son bien être et la qualité des résultats.

Dans cette optique, on utilise des méthodes de traitement les moins invasives comme la micronutrition, l’homotoxicologie, la phytothérapie, la médecine ayurvédique, la médecine énergétique, selon le concept de la médecine intégrative, qui conjugue les meilleures connaissances en médecine conventionnelle et alternatives.

Cette approche s’intègre dans un contexte de globalité de l’individu prenant en compte l’importance de l’équilibre alimentaire, physique, psychique et émotionnel, la gestion du stress. L’acte chirurgical est un stress pour l’organisme, non seulement au niveau émotionnel mais également physique, la cicatrisation est un processus long et complexe qui met en jeu beaucoup d’énergie et des cellules. Il est donc logique de préparer son corps à faire face au stress de la chirurgie. De cette manière, la récupération sera rapide, le résultat optimal et de plus longue durée.

L’approche holistique n’est pas seulement globale. Elle permet également une approche hautement personnalisée des soins et traitements, en prenant en compte les particularités de chaque personne, leur morphologie, leur désir de réparation ou modification corporelle inscrits dans un contexte de développement personnel et en conséquence de prise en charge multidisciplinaire car la forme et la beauté se traitent autant de l’intérieur que de l’extérieur. Cette approche permet également de choisir des actes chirurgicaux moins invasifs.

Pratique moderne et avant-guardiste de la chirurgie, respectueuse de la globalité et unicité des patients

Chirurgie esthétique inscrite dans le contexte de médecine intégrative :

  • La médecine intégrative aspire à coaliser le meilleur des médecines conventionnelles, douces et complémentaires afin de stimuler plus efficacement et soutenir la guérison du corps, elle intégre à l’allopathie classique et à la chirurgie des concepts thérapeutiques différents, pour traiter des pathologies, pour optimiser les résultats.
  • La médecine intégrative c’est l’émergence naturelle du mélange de différents systèmes de soins, de cultures et d’idées à la fois anciennes et modernes. Elle privilégie le recours prioritaire à des méthodes de soins respectueuses de la physiologie du patient, dans l’optique d’une politique de santé la moins iatrogène possible. Elle vise à l’avènement d’une véritable médecine humaniste, à la fois préventive et curative, respectueuse de l’individu dans sa spécificité personnelle et l’impliquant de façon responsable et active dans la prise en charge de sa propre santé. Elle considère le patient comme un être unique et entier, dans ses dimensions sociales, psychologiques, spirituelles et communautaires autant que biologiques et corporelles.

Médecine du futur : Médecine prédictive, préventive, personnalisée, participative.

Grâce à la biologie fonctionnelle et préventive qui permet le dosage de paramètres biologiques pertinents, choisis en fonction de situations cliniques propres à chaque individu, il est possible de prévenir un grand nombre de pathologies dégénératives et du vieillissement et d’optimiser l’état de santé. Cette biologie s’adresse également aux patients ayant des facteurs de risque médicaux déjà connus, elle permet de corriger les anomalies à la source. Elle permet de déboucher sur une véritable stratégie thérapeutique intégrative qui ne se limite pas à une simple juxtaposition de méthodes de soins mais qui propose une sélection hiérarchisée et justifiée des moyens de soins. Cette médecine « intégrale » ou « intégrative » est déjà en large expansion aux USA plus de trente universités de médecine appartiennent à la médecine intégrative et commence à se faire connaître en Europe. En France elle est préconisée par des éminents médecins comme le Pr Luc Montagniér (prix Nobel de Médecine en 2008) ou le Dr David Servan-Schreiber.

La forme et la beauté se traitent autant de l’intérieur que de l’extérieur. Une approche globale ne se limite pas à traiter un seul organe ou un seul tissu mais prend en compte l’organisme dans son ensemble et s’attache à conserver ou rétablir un équilibre dans son fonctionnement.

Le bien-être physique et mental, une bonne alimentation, un bon système digestif et éliminatoire, la gestion du stress interne et externe, sont autant de facteurs de beauté du corps. Il s’agit d’intervenir dans un ordre logique : assainissement -détoxication, apport de nutriments, relance métabolique.

Avant une intervention afin d’obtenir une bonne cicatrisation, une fabrication de collagène suffisante par exemple, il faut s’assurer que les éléments essentiels à sa fabrication (vitamines, minéraux, protéines…) sont bien présents et que le derme n’est pas encombré de toxines ou de polluants.

Détoxiquer : il s’agit d’éliminer en premier lieu les toxines : xénobiotiques ou déchets métaboliques de
l’organisme. Ceci peut se faire au niveau général ou au niveau d’un organe ou d’un tissu.

Apporter les nutriments : c’est fournir à l’organisme les éléments essentiels à son bon fonctionnement
naturel par l’alimentation et la micronutrition . La voie locale peut aussi être employée : topique, mésothérapique, injectable…

Relancer les fonctions métaboliques : c’est agir sur des organes ou des tissus cibles ou des groupes d’organes représentant une fonction particulière : fonction de réparation cutanée, immunitaire, hépatobiliaire, digestive, circulatoire, neurologique, …

En retenant le meilleur de chaque médecine appliquée à la vitalité et à la beauté des patients on peut utiliser des actes nouveaux et adaptés, notamment en chirurgie esthétique, pour une optimisation de l’image corporelle et de la forme des patients.

Tags: