Apports de la micronutrition à la chirurgie esthétique

 
 

Qu’est-ce que la micronutrition ?

Définition: discipline en constante progression faisant partie des sciences de la nutrition, basée sur les plus recentes acquisitions en biologie moléculaire, génétique, biochimie, physiologie cellulaire et immunologie (les données nouvelles auxquelles elle a abouti commencent à peine à toucher le corps médical et le public).

Elle se base sur les connaissances des fonctions cellulaires et subcellulaires des nutriments et sur la relation « alimentation-santé ».

Elle étudie et agit au niveau des mécanismes qui maintiennent les cellules, les tissus, les organes, les systèmes et les individus en bonne santé.

On peut la definir comme nutrition cellulaire : permet aux cellules de se developper, de se reparer et assurer leur functions en conditions optimales. C’est une strategie pour maintenir un état de santé et de bienêtre. 

Le mot « micronutrition » vient de « micronutriments » qui sont des substances que l’organisme ne sait pas fabriquer, indispensables au bon fonctionnement du corps, qui doivent être apportés par l’alimentation. Les micronutriments les plus connus appartiennent aux familles des vitamines, des minéraux et des oligo-éléments, des acides aminés essentiels, des acides gras poli-insaturés omega6 et omega3, des fibres. D’autres micronutriments sont des substances comme les polyphénols, les caroténoïdes, les phytosterols et d’autres encore plus spécifique d’un type botanique comme les isoflavones du soja, les glucosinolate des cruciferes, les composès sulfurées des aliacèes, le resveratrol de raisins et beaucoup d’autres.

Les bénéfices de la micronutrition

Une bonne qualité nutritionnelle = une bonne qualité de renouvellement cellulaire.

Grâce à l’alimentation, toutes nos cellules se renouvellent continuellement, la qualité de nos cellules dépende en grand partie de la qualité de l’alimentation.

L’alimentation a un impact fondamental sur l’expression des gènes et peut moduler des prédispositions génétiques, son rôle dans le maintien de la santé est primordial.

La micronutrition est l’evolution naturelle, grâce aux avancés scientifiques, de la médecine ortomoléculaire fondée par le double prix Nobel Linus Pauling.

La Micronutrition prevoit une vision du fonctionnement du corps à l’échelle moleculaire, tout en considerant le corps dans sa globalité. Considére chaque patient comme unique, issu de son patrimoine génetique et de sa individualité biochimique. Il s’agit donc d’une médecine personnalisée, préventive, prédictive et participative. En effet il est possible, en traitant les déficits ou les excès en micronutriments et en équilibrant d’une manière personnalisée la nutrition et la fonction des différents organes, de prévenir les maladies dégénératives. Grâce à des bilans de biologie fonctionnelle il est possible de diagnostiquer la prédisposition à certaines pathologies. La micronutrition est une forme de médecine où le patient a un rôle actif et peut devenir l’acteur principal de sa propre santé.

Les Moyens pour y parvenir

La micronutrition se base avant tout sur une alimentation individualisée et utilise des substances indispensables à la santé et qu’on trouve normalement dans l’organisme, sous forme de complements alimentaires subministrés selon des criteres precises. La nutrithérapie permet de guerir, parfois d’ameliorer les cas non resolu par les autres techniques, permet aussi de renforcer les systèmes internes de défence et de réparation de l’organisme, par la capacité des micronutriments d’agir pharmacologiquement (comme des médicaments « endogènes »), sans devoir recurir à des médicaments chimiques non dépourvus de toxicité et d’effects secondaires, où en limitant leur doses et leur effects dèleters. 

Depouis l’illuminisme, la médecine traditionelle a subi des profondes transformations qui ont amené à une technologie hautement evoluée et specializée dans differents secteurs, mais en même temps on a perdu de vue la globalité de la personne, en decoupant l’individu en organes à étudier separament.

L’objectif de la micronutrition est au contraire l’être humain dans sa globalité, dans son ensemble.

Le terme holistique vient de « òlos », qu’ en grec signifie « tout entier ». 

La caractheristique de l’approche holistique est de s’occuper de l’être humain dans sa totalité.

Selon la médecine holistique une personne est constituée d’un corps physique visible et de trois niveaux intuibles: émotif (cerveau neurovégétatif) mental, (cerveau rational, corticale) et spiritual (personnalité, individualité unique et irrepetible).

Les activités biologiques, émotives, mentales et spirituelles sont indissolubles, interdépendantes et corrélées entre elles. Lorsque ces facteurs ne sont pas en équilibre, on a les conditions pour le développement d’une maladie. La santé est un état d’harmonie globale.

Objectifs de la micronutrition : optimisation de fonctions physiques et psychiques, optimisation des performances, optimisations de la santé, prévention et traitement (non pharmacologique) des maladies dégèneratives(et autres), prolongement de la vie et amelioration de sa qualité, optimisation d’autres traitements, comme par example la chirurgie et ceci de la préconception au troisième âge.

Micronutrition et chirurgie esthétique : deux mondes complémentaires

Pourquoi associer micronutrition et chirurgie : Tout d’abord pour opérer des personnes en bonne santé, donc des tissus en bonne santé et pour fournir tout les micronutriments necessaires pour faire face à la chirurgie. Un acte chirurgical provoque un type de stress qu’on appelle chirurgical, qui est une somme de stress emotionel et stress physique (pour l’utilisation de medicaments anesthesiants, pour l’acte chirurgical en soi qui est traumatisant pour l’organisme) .

Tout stress provoque des alterations metaboliques et neuroendocriniennes et une défaillance au niveau immunitaire, ce qui comporte un risque accru d’infection. La micronutrition permet de contraster le stress chirurgical.

 Le processus de cicatrisation comporte une augmentation des activités cellulaires, qui cause une demande métabolique intensifiée des micronutriments. Les carences micronutritionnelles peuvent empêcher la cicatrisation, alors que la prise en compte de différents facteurs nutritionnels nécessaires à la cicatrisation peut réduire le temps et améliorer le résultat de la cicatrisation et le rétablissement post-opératoire. La micronutrition peut corriger les carences dues à des insuffisances alimentaires ou à une pauvre biodisponibilité.
Un traumatisme, chirurgicale ou d'autre origine, exerce un effet de diminution sur la fonction immunitaire par sécrétion d'hormones du stress.
De plus le stress chirurgical peut changer la flore intestinale, de bénéfique à pathogène. L'intestin peut participer à la réponse hyper-métabolique au stress par la défaillance à contenir les bactéries pathogène ou leurs produits cytotoxiques.

Mon approche :

Concilier la technologie hautement évoluée et spécialisée en chirurgie et la vision holistique de la médecine en se servant de l’outil « micronutrition » (et aussi phytothérapie, aromathérapie, homotoxicologie…) pour optimiser l’état de santé globale des patients, pour ameliorer les conditions locales au niveau des régions à operer, pour faire face au stress chirurgical, pour optimiser le processus de cicatrisation et la qualité et la durée des resultats. 

Ceci permet d’adopter des techniques opératoires moins cruentes et moins traumatisantes, avec un post-opératoire simple et sans complications.

Le respect vers les patients, appreciés dans leur globalité, me permet d’exprimer avec l’acte de chirurgie, leur désir de réparation ou d’amélioration de leur physique dans la manière la plus harmonieuse, naturelle et respectueuse.