L'homotoxicologie

 
 

Qu'est ce que l'homotoxicologie ?

Une voie vers l’auto guérison de l’organisme…

L’homotoxicologie est une forme d’homéopathie moderne qui considère que la maladie est l'expression de la défense biologique de l'organisme contre les homotoxines (exogènes et/ou endogènes, termes qui désignent toutes les toxines nuisibles à l’homme).

L’homotoxicologie constitue une tentative pour contrer les dommages causés par les toxines. Son concept repose sur la notion d’intoxication progressive de l’organisme, signalée à travers 6 phases évolutives.

Les médicaments homotoxicologiques à «low dose», ont une action stimulante sur les mécanismes de régulation et les pouvoirs d'auto guérison de l'organisme humain.

Ils agissent non seulement sur les symptômes, mais stimulent également les fonctions de détoxication du système lymphatique, des tissus conjonctifs et d’autres organes et apparats.

L’homotoxicologie, une variante moderne de l’homéopathie

L’homotoxicologie est l'étude de l'influence des substances toxiques sur l’organisme humain.

Le terme homotoxicologie dérive de : «homo» signifiant homme (homo sapiens), «toxico» signifiant toxine ou poison et «logie», du mot grec « logos », signifiant étude.

L’homotoxicologie est un courant moderne de l’homéopathie, de l’école allemande, née dans les années 30. Elle représente une médecine alternative entre la médecine académique, conventionnelle, attentive aux symptômes et à la maladie, et les médecines non conventionnelles, qui considèrent le malade dans sa totalité.

De la première, elle emprunte la rigueur de l’anamnèse et les diagnostics de laboratoire et instrumentaux.

Des deuxièmes, elle conserve une approche globale sur la santé et comme l’homéopathie, elle utilise des doses médicamenteuses diluées sous forme complexe.

Son principe de base : la capacité de chaque organisme à réguler seul son fonctionnement

Un des principes fondamentaux de l’Homotoxicologie est basé sur la capacité de l’organisme à maintenir ou à rétablir seul son homéostasie : une condition d’équilibre physiologique et de santé.

Pour maintenir un état de bien-être, le corps a besoin de se libérer des toxines à travers les selles, l’urine, la sueur, l’air expiré, les sécrétions.

L’homotoxicologie favorise l’évacuation des toxines

L’homotoxicologie en stimulant le système immunitaire et les différents organes, favorise l’évacuation rapide des facteurs toxiques, afin que l’organisme n’en subisse pas les méfaits et évite un état pathologique.

Thérapie des basses doses

L’homotoxicologie est appelée la “thérapie des basses doses”, son approche consiste en des médicaments homéopathiques dilués, qui sont prescrits par un médecin expert en homotoxicologie en fonction de la réaction de l’organisme du patient examiné.

Le concept de maladie en homotoxicologie :

La maladie est définie comme homotoxicose ou état d’intoxication, causé par des substances nocives pour l’homme (homo- toxines) : des rejets du métabolisme – qui n’ont pas été éliminés par les émonctoires physiologiques.

Ces rejets peuvent être de différentes natures : des bactéries, des virus, des toxines, des carcinotoxines, des médicaments iatrogènes, des additifs dans les aliments, des conservateurs, des colorants, des pesticides et autres substances nuisibles incompatibles avec la santé.

La maladie est une réponse défensive de l’organisme contre les homotoxines qui sont brûlées par l’inflammation ; c’est aussi une tentative pour compenser les dommages causés par les homotoxines sur les organes et les tissus.

Que sont les homotoxines ?

L'élément essentiel est l'interférence de l’homotoxine sur le fonctionnement normal des systèmes de régulation (le système hormonal, le système nerveux, le système immunitaire…).

  • Les homotoxines exogènes sont par exemple le tabac, l'alcool, les différentes drogues, les colorants, les édulcorants, les additifs alimentaires, les pesticides, les VOC (« Volatile Organic Compound »), plomb, cadmium, vapeurs de certaines colles, gaz, radiations…
  • Les homotoxines endogènes, créées dans l'organisme lui-même, sont pour la plupart des métabolites intermédiaires ou des déchets de processus métaboliques (par exemple le CO2).
  • D'autres homotoxines endogènes sont dues à un déséquilibre des sécrétions hormonales causé par l’organisme lui-même.

« La bactérie n’est rien. C’est le terrain qui fait tout », Claude Bernard, 19e

Au 19ème siècle Claude Bernard a développé la terminologie du « terrain interne » ou milieu humoral. Il se référait à l'environnement direct de la cellule, tant structurel que physiologique. La qualité de vie de la cellule est conditionnée par la pureté de son environnement puisque c’est la où elle se nourrit et prend son énergie, mais aussi où elle dépose ses déchets.

Même Louis Pasteur, le découvreur des micro-organismes en médecine moderne, mentionne Claude Bernard quand il écrit qu'une infection bactérienne est due plus aux changements du milieu interne qu'à la présence des bactéries ou d'autres micro-organismes.

Ce milieu interne est la matrice vivante, ou substance fondamentale, composée de trois niveaux matriciels qui se fondent l'un dans l’autre :

  • la matrice extracellulaire,
  • la matrice intracellulaire,
  • la matrice nucléaire.

La matrice, une véritable toile d’araignée

La matrice vivante est une structure semblable à une toile d'araignée tridimensionnelle, entourant les cellules dans toutes les directions. Sa structure est ainsi faite qu'elle peut accomplir sa tâche physiologique de filtre biophysique.

La matrice est un secteur de transmission (moléculaire, électrique, magnétique, vibratoire) entre tous les systèmes régulateurs et la cellule

Principaux composants de la matrice : 

Les composants principaux de la matrice sont le collagène, l'élastine, les protéoglycanes et les glycosaminoglycanes.

La matrice est l'endroit où les capillaires artériels finissent et les capillaires veineux commencent.

Le système lymphatique, aussi, collecte son contenu dans la matrice et est ainsi un système de transport parallèle au système veineux. Les nerfs finissent et commencent dans la matrice, déclenchant des signaux nerveux ou rassemblant des informations. 

En plus de ces composants on trouve des cellules de défense comme les macrophages et les mastocytes pour veiller, nettoyer et défendre l'organisme.

Matrice : filtre biophysique tridimensionnel qui contrôle le passage des nutriments cellulaires et des déchets, des médiateurs et de toutes les autres substances dans l’environnement cellulaire.

Les homotoxines comme des poissons dans le bocal de la matrice

Les homotoxines se déplacent également dans la matrice. La matrice peut être comparée à l'eau de l'aquarium d’un poisson rouge.

La qualité de vie de la cellule dépend de la qualité du liquide dans laquelle elle baigne tout comme celle du poisson rouge dépend de l'eau de l'aquarium dans lequel il vit. Il aura besoin non seulement de nourriture pour survivre, mais aussi d’un nettoyage des déchets qu'il a lui-même produit.

D’où l’importance en homotoxicologie d’un drainage de la matrice.

Les 6 phases de progression des maladies :

La progression des maladies s’effectue en 6 phases, divisées par la « ligne de délimitation biologique».

Dans les trois premières phases le dommage est fonctionnel, au delà de la ligne de délimitation, dans les trois dernières phases on considère qu’il y a un dommage cellulaire.

Six phases des homotoxicoses :

  1. Excrétion : expulsion des produits toxiques
  2. Inflammation : initie le nettoyage en activant le système de défense
  3. Déposition : stockage des toxines dans l’espace extracellulaire
  4. Ligne de délimitation biologique
  5. Imprégnation : l’intoxication devient intracellulaire. Les systèmes enzymatiques sont atteints
  6. Dégénérescence : l’intoxication détruit la cellule
  7. Dédifférenciation : la cellule retourne à l’état de cellule non différentiée, création de néoplasmes

La classification dans la table d’homotoxicose permet de diagnostiquer et pronostiquer les maladies et de choisir les médicaments les plus appropriés.

Les trois piliers de l’homotoxicologie sont la détoxification et le drainage, l’immunomodulation, la régulation d’organe et l’activation cellulaire. Ces trois piliers sont le véhicule que nous utilisons pour influencer le système défensif et pour faire migrer le patient sur la table des homotoxicoses.