Tabac

 
 

Arrêter de fumer avec l’hydrotomie percutanée

La méthode d’hydrotomie percutanée pour arrêter de fumer se réalise par l’injection, à travers des aguilles très fines, dans des points d’acupuncture spécifiques, de substances aptes à stimuler et réguler des centres nerveux particuliers, responsables de l’accoutumance.

Il s’agit essentiellement de sérum physiologique et de micronutriments.

Les effets 

La ponction et l’injection des points d’acupuncture aux cotés du nez, sur les lobules des oreilles et devant le tragus élimine le besoin de fumer à partir de la première séance dans 80% des cas;

dans 90% des cas, après la deuxième ou troisième séance. C’est comme si un interrupteur avait interrompu le circuit de la dépendance tabagique. En ayant supprimé le besoin, les symptômes d’abstinence difficiles à supporter, responsables de la plupart des échecs n’apparaissent pas. Avec cette méthode on fait une vraie détoxication, l’ex fumeur ne ressent ni nervosité, ni obsession, ni phénomènes de compensations avec la nourriture ou l’alcool. On évite ainsi les principaux inconvénients dus à la désaccoutumance comme la prise de poids.

Différence entre manque et envie

L’Hydrotomie percutanée élimine le manque, c’est à dire le besoin de nicotine, mais n’élimine pas la totalité de l’envie.

Le manque: est du au besoin en nicotine et se traduit par nervosité, irritabilité, impatience.

La personne en manque est comme un lion en cage.

 L’envie est produite par l’habitude de consommer, par la gestualité avec la cigarette, elle peut être comparée à un caprice comme celui de se faire plaisir avec un chocolat ou avec un café.

L’hydrotomie élimine le manque, donc le sujet ne ressent ni nervosité, ni obsession, ni perturbations. C’est pour cela qu’il ne rencontrera presque aucune difficulté en rapport à la tentation, à l’habitude du geste.

La séance

Le médecin injecte dans les 6 points quelques centilitres de produit. Les injections peuvent être désagréables, mais elles ne sont pas douloureuses. Un léger renflement persiste quelques heures dans les points d’injection, il disparait ensuite. L’injection du produit permet de stimuler plus longuement les points d’acupuncture. Ils sont ainsi stimulés mécaniquement par l’aguille et chimiquement par les substances présentes dans le produit.

Pour qui?

Il n’y a aucune contrindication, même pas la grossesse.

Cette méthode est donc proposée à tous les fumeurs qui ont décidé d’arrêter ou qui ont eu un déclic, pour n’importe quelle quantité de tabac et durée du tabagisme.

Comment ça fonctionne?

L’injection et la stimulation sélective des points d’acupuncture régulent des organes (cerveau, poumons, estomac) à travers le nerf trijumeau et la corticale, le thalamus, la formation réticulée et les centres moteurs viscéraux. C’est avec ce type de mécanisme qu’on diminue le besoin de fumer et se régularise le processus de boulimie ou polyphagie conséquent à l’arrêt du tabac.

L’injection d’hydrotomie agit sur le thalamus et l’hypothalamus qui abritent les centres des besoins primaires (faim, soif, sexe) et de la dépendance (alcool, café, cigarette, haschich, héroïne…).

Leur stimulation permet de limiter les pulsions alimentaires et le tabagisme compulsif.

Il y a également l’activation du sympathique endo-nasal, via la muqueuse endonasale qui est richement innervée par le système sympathique. Ceci stimule indirectement la région endonasale, les plexus cardiaque, pulmonaire et solaire, avec une action de détoxication au niveau pulmonaire, cœur et vaisseaux, sur le pancréas et la régulation de l’appétit.

On exerce également une action stimulatrice indirecte sur le nerf olfactif, qui est normalement stimulé uniquement par des molécules odorantes car sa fonction est celle de capter les messages des odeurs. Le nerf olfactif origine dans le mésencéphale, partie du cerveau en relation avec les émotions, l’affectivité, mais également aux accoutumances, aux drogues et à la nicotine. Les relations à l’affectif et à l’émotionnel expliquent pourquoi l’odorat et le gout puissent faire rappeler l’enfance ou faire suivre par des petits d’animaux une personne qui porte l’odeur de leur maman.

Les neuromédiateurs de cette région du cerveau sont les endorphines. Il est connu que l’acupuncture est capable de stimuler la sécrétion d’endorphines pendant les anesthésies effectuées par acupuncture. C’est à travers le même mécanisme de sécrétion d’endorphine que l’hydrotomie agit sur l’arrêt de la dépendance au tabac.

La stimulation des points du nez est utilisée également pour traiter les rhinites, les sinusites et pour libérer le nez bouché, sensation fréquente chez les fumeurs Cette libération du nez n’est pas banale car elle intervient dans deux cas essentiels :

- La libido :

Environ 25% des fumeurs reconnait éprouver une augmentation du désir et du plaisir sexuel après l’arrêt du tabac. En effet grâce au fait de récupérer l’odorat ils sont en mesure de percevoir les phérormones de l’attirance sexuelle.

L’analgésie de la muqueuse nasale due à la nicotine (qui est un anesthésiant) pourrait expliquer la diminution de la libido des fumeurs.

La stimulation à travers l’injection permet d’accélérer localement le phénomène de récupération de la muqueuse nasale devenue hypo sensible et irritée au contact du tabac.

En plus l’hydratation et l’apport de micronutriments avec l’hydrotomie accélère la guérison de la muqueuse olfactive.

- La santé des poumons : 

Selon les théories de l’acupuncture, il existe une corrélation directe entre l’odorat et les poumons.

L’odorat et ses connexions avec le système limbique, le mésencéphale, l’affectivité, les phéromones est lié, selon la pensée chinoise, à la santé de « l’énergie du poumon ».

En conséquence pour l’acupuncture chinoise agir favorablement sur l’odorat équivaux à agir favorablement sur les poumons et vice versa.

Tags: